Etudes

CBRE Résidentiel publie régulièrement des études sur le marché résidentiel français. Ajouter votre nom à nos listes de diffusion, ou cliquez sur les liens pour avoir accès à nos derniers rapports.

Le marché résidentiel haut de gamme à Paris en infographie

18 février 2019

Record de ventes et de prix, le marché résidentiel parisien atteint des sommets et il en va de même pour le marché haut de gamme. Le nombre de ventes au dessus de 2,5 M€ est en progression et les transactions au-delà de 30 000/m2 ne sont pas rares (18 ventes en 2017/2018) : des biens d'exception ne souffrant d'aucun défaut (rénovation soignée, avec des prestations de grande qualité, vue et adresse de prestige) se vendent aussi largement au dessus des prix moyens constatés. Est-ce l'élection d'Emmanuel Macron en 2017 ou les premiers effets du Brexit ? Quoi qu'il en soit, le marché des biens résidentiels haut de gamme bénéficie d'un retour marqué des acquéreurs non résidents, étrangers, mais aussi Français revenant dans la capitale. En savoir plus

Télécharger le rapport ici

 

France Residential Market View

01 mars 2018

En 2017, la production de crédits nouveaux à l’habitat s’établit à 272 milliards d’euros (252 milliards d’euros en 2016), ce qui représente un nouveau montant record. Même si le montant des opérations de renégociation et rachat de crédit, qui majorent la production de nouveaux crédits sans impacter l’évolution des encours, est resté élevé en 2017, sa part dans le total des crédits a nettement baissé, passant de 62 % au début 2017 à 16 % en fin d’année. Après avoir atteint un niveau historiquement bas fin 2016, les taux d’intérêt d’emprunt (hors assurances) ont légèrement augmenté, pour se situer à 1,53 % pour l’ensemble du marché d’après l’Observatoire Crédit Logement / CSA en décembre 2017. Les conditions de crédit actuelles demeurent attractives alors que la hausse des taux d’emprunt est limitée. La durée des prêts accordés s’est encore rallongée, la part des prêts d’une durée supérieure à 25 ans étant passé à 26,8 % en 2017 (21,2 % en 2016)

Rapport majeur: le marché des perspectives immobilières en France

01 janvier 2018

Attractivité renforcée, contexte européen porteur : 2018 se présente à nouveau sous de bons augures. Mais les taux qui resteront sous pression, du moins pour les petits et moyens volumes, ainsi que les problèmes de liquidité sur certains segments de marché conduiront les acquéreurs à poursuivre leurs stratégies différenciées, en termes de prise de risque mais aussi selon les classes d'actifs. Ils chercheront à élargir le scope de leur horizon d'investissement.
A périmètre constant, les volumes devraient donc  se stabiliser. La poursuite de l'expansion du marché français devrait continuer à passer par sa diversification

ViewPoint : Le logement social en mutation

01 juin 2017

Le logement social est au cœur de la politique du logement en France. Les nombreux organismes, publics, mixtes ou privés qui le composent sont les héritiers d'une longue histoire politique, sociale et patrimoniale française. 
Face à des besoins croissants et évolutifs, le monde du logement social doit aujourd'hui adapter ses stratégies, explorer de nouvelles formes et collaborations pour continuer d'assurer son rôle de service d'intérêt général. 

Le déficit de logements en France Métropolitaine est aujourd’hui estimé à près d’1 million d’hébergement. Les diverses estimations sont principalement réalisées à partir du décompte de personnes sans domicile, hébergées chez des proches, installées provisoirement dans les centres d’hébergement d’urgence ou vivant dans des habitats atypiques. Or, l’INSEE annonce dans le même temps que le nombre de logements vacants en France atteint 2,8 millions début 2016. 

ViewPoint : Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris

01 juin 2017

L’embellie se confirme sur le marché résidentiel haut de gamme. Les acheteurs, pour qui les taux d’intérêt restent très attractifs, sont plus nombreux face à des vendeurs devenus plus sereins. Paris retrouve de l’attractivité et se positionne au 1er rang sur la scène internationale, elle profite par ailleurs de l’arrivée annoncée d’acquéreurs venus d’Outre-Manche.
Localisés pour une grande majorité dans les beaux quartiers du Centre et de l’Ouest parisien, les appartements de standings et biens de prestige voient leurs prix augmenter jusqu’à effacer les baisses de valeurs successives enregistrées entre 2012 et 2015. Les vendeurs limitent ainsi les négociations et l’accélération des rythmes de ventes leurs permet d’être plus ambitieux sur les valeurs, tant que les biens ne présentent aucun défaut majeur.

ViewPoint : Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris

01 novembre 2016

En 2016, l’embellie se confirme sur le marché résidentiel haut de gamme. Les acheteurs, pour qui les taux d’intérêt sont à des niveaux encore plus bas, sont plus nombreux face à des vendeurs également plus sereins. Un certain nombre d’acheteurs potentiels avancent toutefois encore lentement dans leurs projets en raison d’un cadre législatif et fiscal perçu comme trop instable. Mais Paris retrouve de l’attractivité face aux autres grandes villes notamment européennes.

Localisés pour une grande majorité dans les beaux quartiers du Centre et de l’Ouest parisien, les appartements de standings et biens de prestige voient leurs prix entamer une légère remontée après 3 à 4 années de baisses successives. Les vendeurs avaient adapté leurs prix de présentations en adéquation avec les transactions réalisées sur le marché, sans entrer dans la surenchère au risque de voir les acheteurs potentiels se désintéresser.

ViewPoint : Logement étudiant en France

01 octobre 2016

Les besoins en logement des étudiants sont confrontés à l’insuffisance du parc universitaire et à la pénurie qui sévit sur les studios et petits appartements de centre-ville des grandes métropoles.
Dans ce contexte, les résidences privées rencontrent un succès grandissant auprès des investisseurs institutionnels et fonds étrangers. La résidence pour étudiants constitue notamment une réponse aux stratégies de diversification des investisseurs face à la pénurie des produits prime en immobilier tertiaire et à la faiblesse de leur rendement.